DODO BIENVEILLANT BÉBÉ

2 Juin

Dodo bienveillant - Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa ChäMe revoici comme promis avec un (long, très long) article sur : le sommeil de bébé (rien que ça)!!! Et plus précisément, sur le dodo bienveillant pour bébé ou le dodo sans pleurs.

Je croise toujours un peu les doigts, mais… Lïlly fait enfin ses nuits depuis 1semaine (ouiiiiiiiii, je suis bien consciente de crier peut-être victoire un peu trop vite.. Mais c’est déjà une forme de victoire pour nous!!!).

Dodo bienveillant - Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa Chä

Alooooors.. ça fait 10 fois que je recommence cet article, ne sachant pas vraiment par ou commencer.. (le problème est tellement vaste et complexe, hein!).
Je vais donc le couper en deux parties.

D’abord, notre petite histoire rapidement (pour cerner le problème qu’on a par chez nous), ma vision des choses et enfin notre solution!!! (j’ai bien dit : solutionnnnn!!!)
En deuxième partie, tous les conseils, astuces que j’ai récupérées au fil du temps, de vos conseils et de mes recherches.

Il ne s’agit ici, que de mon point de vue, de ma vision des choses, de notre histoire à nous, avec notre bébé (je ne suis pas médecin). J’en parle ici, car je sais comme ça peut-être usant, réellement et comme ça fait du bien de se sentir moins seule face à ce problème. Puis, qui sait, peut-être que la solution à votre problème se trouve dans les conseils/astuces un peu plus bas ;).
Il ne faut JAMAIS oublier, que chaque enfant est différent (et heureusement)!!! Ce qui marche avec les uns, ne marche pas forcement pour les autres et vice-versa ;).

Le seul truc qui est universel, c’est que les bébés (et même les grands bébés 😉 ) ont tous besoin d’être câlinés, d’être aimés, d’être réconfortés, d’être écoutés, d’être comprit…

N’oubliez jamais de vous mettre à leur place, de s’imager le problème pour mieux le comprendre et l’accepter :).

Sur ce.. C’est partit pour la synthèse (promis j’ai essayé de faire court..) du dodo bienveillant pour bébé (à partir de 4-5mois hein? Car avant, c’est normal que leurs sommeils soit complexe).

Dodo bienveillant - Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa Chä

Dodo bienveillant - Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa Chä

Voici un petit résumé des nuits de bébé, pour cerner le problème par ici :). De sa naissance à aujourd’hui.

Lïlly a compris plutôt rapidement la différence entre : nuit et jour. Elle ne faisait aucune sieste la journée – ha ha ha –  (juste deux petits dodos de 15/20min au sein et se réveillait dés que je bougeais) et à l’inverse, dormait quelques heures de suites la nuit, dans son couffin à côté de notre lit.
Le premier mois, ne pouvant pas trop bougeait à la suite de mon accouchement, c’est le papa qui m’apportait Lïlly pour les tétées de la nuit.

Très vite, le Papa n’entendait plus bébé pleurer et je me levais en me disant que, de toute façon, il n’y avait que moi qui pouvait répondre à son besoin (fatale erreur, car après, jusqu’à ses 14mois, bébé ne voulait QUE Maman – pendant que Papa ronflait tranquillement dans son lit!! –).
Vers 2-3mois elle dormait de 23h à 6-7h du matin environ (youpiiii, victoire!!), avec 1 petit réveil en plein milieu de temps en temps.
Et je dois bien avouer, HEUREUSEMENT!!! Car la journée, elle était à 100% sans sieste et je l’avais avec moi, sous le bras au boulot. Ce qui donnait des journées x10000 épuisantes. Ces premières vraies nuits, (en plus de me permettre de reprendre quelques forces) ont également permis à Lïlly d’apprendre que la nuit, on ne mange plus (une bonne chose de faite 🙂 ).

Lïlly ne s’est jamais assoupie, jamais endormie toute seule, jamais endormie dans nos bras, dans le porte bébé, dans la poussette ou en voiture. Et ça depuis la naissance. C’était uniquement après les tétées. Uniquement. Rien d’autre ne faisait le job (et ça, malgré son poids!! – Nan parce qu’on dit toujours que les bébés plus « lourd » dorment mieux, c’est faux!!)

Son couffin trop petit, Lïlly a basculé pour ses 3mois dans sa chambre, dans son lit de « grande ».
La séparation a était difficile pour moi (j’avais peur pour elle, loin de nous – alors que c’est la porte juste en face… je ne suis pas du tout une mère poule, pas du tout!!!)  la première nuit. Mais pour la principale intéressée tout s’est très bien passé :).

Vers 5-6mois, patatatra! Je ne sais pas expliquer pourquoi, mais tout est partit en cacahuète.
Est-ce la diversification, la peur de la séparation, les dents, l’âge, un tout.. Je ne sais pas, mais nos nuits sont devenues un cauchemar.

10 à 15 réveil avec beaucoup de pleurs, de hurlements, de tortillage de ventre, de crise.. C’était horrible. Horrible de voir ma fille se tordre de douleur dans mes bras et de me sentir impuissante, seule face à se désarroi. Les pédiatres ne m’écoutaient pas, le papa ronflait, mes clients m’attendaient au petit matin…
La nuit devenait synonyme d’une autre journée qui commençait pour moi. J’avais mal au ventre d’aller nous coucher.
Une réelle torture, dans le vrai sens du terme. Moi qui ai toujours eu un grand besoin de dormir. J’ai cru devenir folle (dans le vrai sens du terme également).

J’ai beaucoup entendu (ne jamais écouter les autres), « une fois que tu arrêteras de donner le sein et que ton enfant prendra le biberon elle sera plus calé et dormira mieux ». Par fatigue, j’ai cédé (car j’ai eu également plusieurs réflexions sur notre problème de séparation – bébé ne supportant pas d’être loin de sa maman –), pour « prouver » que ça n’avait rien à voir. Effectivement, bébé sevré avait toujours le même problème!!! (sans parler que j’ai mis des mois à lui faire prendre 1 biberon.. et qu’elle l’acceptait uniquement si c’était moi qui lui donnait.. donc j’avais même perdu au change!!)

J’ai tout le temps pensé qu’elle avait mal au ventre, nous avons essayé plein, plein, plein de chose (osthéo, kinesiologue, médecine chinoise, homéopathie, massages, sirop, probiotique, sans lactose, test d’allergies, gastro-entérologue….) rien n’a fonctionné.

Malgré des gros gros bas, j’ai toujours essayé d’être la plus bienveillante/patiente possible avec Lïlly. En partant du principe que, si elle pleur, c’est qu’il y a une raison.
Mon cerveau de 1an de nuit blanche (= il ne fonctionne plus du tout) ne peut pas vous écrire de belles phrases et de belles tournures, pour vous expliquer ce choix.. Mais sincèrement, renseignez vous sur tout ça, car c’est vraiment intéressant et important.

Bref, les choses sont allé un peu mieux à ses 14mois. Plus que 2 à 5 réveils (mais des fois pendant 2h!!!) en pleine nuit et beaucoup moins de douleurs et donc de cris. Lïlly pleur jusqu’à ce que j’arrive, je lui dis « il faut dormir maintenant, c’est l’heure de faire dodo » elle se recouche d’elle-même et je la berce directement dans son lit, sans la prendre dans les bras et sans pleur (le progrès de fifouuuuuu!!).
Et, elle s’est enfin mise a faire une sieste de 1h à 2h après le repas du midi (endormie en poussette ou en voiture – oui, maintenant madame se laisse un peu plus aller -. Mais toujours impossible de l’endormir dans nos bras, dans le porte bébé, ou tout simplement dans son lit!!!).

Aujourd’hui à 16mois, on a enfin de vraies belles nuits de 22h30 à 8h (je dis ça, en réalité ça fait uniquement 10jours, avec 3 petites nuits compliquées dedans.. mais c’est déjà tellement énorme pour nous!!!).

Alors oui, madame ne s’endort jamais sans son biberon. Oui, on galère toujours pour l’endormir pour la sieste.. Mais franchement qu’elle progrès!!!!

Dodo bienveillant - Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa Chä

Dodo bienveillant -  Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa Chä

Et pour tout vous avouer, ce qui a marché pour nous, c’est… (roulement de tambour)… la patience!!

Et oui, les choses sont rentrées dans l’ordre petit à petit. A son rythme et surtout en fonction de ce qu’elle a développé en priorité (pour Lïlly : les dents et la marche. Impossible donc de se concentrer en plus sur l’apprentissage du dodo). Il y a eu 2 mois de mieux et du jour au lendemain, comme ça, pouf, elle a fait ses nuits. Les miracles de la vie!! (même si je suis bien consciente que ça peut aussi très vite repartir en arrière. J’ai compris la leçon maintenant, ha ha ha 😉 ).

Avec le recul, je me demande si toutes ces nuits blanches (toutes les nuits sans exception) n’était pas agitées à cause de ses dents. Si le mal aux dents, ne la crispait pas et ne lui faisait pas mal au ventre… Car aujourd’hui Lïlly a 16 dents pour ses 16mois… Et comme de par hasard, ces deux derniers mois il y a eu moins de dents et plus de nuits calmes.
En parallèle, la séparation avec sa Maman à toujours était très (très) difficile. Et comme de par hasard également, ça va mieux depuis quelques mois.. Donc c’est peut-être un tout.
On ne saura surement jamais… j’espère juste que cette histoire est derrière nous.

Si c’était à refaire, je me rapprocherai tout de suite d’un pédopsychiatre ou/et d’une fée du sommeil.
Je pense d’ailleurs tout de même consulter pour régler nos problème de sieste.

Pour moi la maternité était un milieu complètement inconnu et j’avais donc prit le chemin sage d’attendre comme le messie le rdv mensuel du pédiatre, du gastro-entérologue ou autres en me disant qu’ils allaient m’apporter des solutions. Je suivais le protocole. Mais en vain. J’ai eu beaucoup de mal à accepter d’être si peu écouté. Si peu prise au sérieux, parce qu’un enfant qui pleure, il n’y a rien de plus habituel. J’ai mis beaucoup trop de temps à me dire que la réponse était ailleurs, que non, ça n’ira pas mieux demain et qu’il fallait agir. Ayant eu un Papy Pédiatre (le plus fort de toute la terre dans son domaine), j’ai toujours eu confiance en la médecine. Sans lui à nos côtés, je me rends compte comme il est difficile de trouver un bon médecin (heureusement il y en a hein, il faut juste les trouver 😉 ), un qui nous soigne ET qui nous écoute, qui nous pose des questions pour trouver la solution au problème.

Tout ça pour dire donc, qu’aujourd’hui, si c’était à refaire, je consulterai des médecins (pédiatre, spécialistes..) ET des personnes qui sont la pour nous écouter, nous épauler, nous conseiller… (pédopsychiatre, fée du sommeil..)

Pas besoin de tirer sur la corde quand on peut être aidé..
Encore faut-il (et c’est là la difficulté), trouver les bons interlocuteurs. C’est pour ça que je vous donne une liste de personnes qu’on m’a conseillé en bas de cet article :).

Je marque ça là, car je pense que c’est important d’en être conscient et de déculpabiliser sur ce genre de pensées:
Au bout de plusieurs mois, j’en voulais presque à Lïlly de me faire « subir » ça. De me torturer comme ça (c’est dur d’écrire tout cela hors contexte, car ça me parait tellement inconcevable. Et pourtant, dans les moments de crise, c’était exactement ça).
Ce qu’il ne faut surtout pas oublier dans ces moments là, c’est que le bébé, lui aussi souffre, lui aussi aimerait dormir, lui aussi aimerait être plus apaisé. Qu’il ne fait pas ça contre nous!!

Pour tenir le coup, le mieux c’est de former une équipe avec lui, une team. De s’encourager comme pour un match. Qu’il faut du temps pour régler tout ça, de la patience et que tout finira par rentrer dans l’ordre. Qu’on va y arriver, ensemble.

J’ai perdu beaucoup d’énergie à me battre contre du vent. Alors qu’une fois accepté le fait que ça aller être long, que ce n’était pas juste quelques semaines, qu’il n’y avait pas de solution miracle, ni de potion magique… j’étais plus apaisée et plus a même d’envelopper Lïlly dans de la bienveillance et de l’empathie (tellement important!!).

On a un grand, grand besoin (et moi la première) de mettre des mots et maux sur les choses, de comprendre pour trouver une solution. Mais des fois.. ça ne fonctionne pas comme ça. Ce n’est pas nous qui définissons les règles du jeu. Elles sont différentes pour chaque bébé et c’est eux qui ont les clefs.

Voilà donc notre petit « cas » à nous.
Chaque enfant est différent, chaque solution est donc différente.
A vous de trouver la bonne en essayant un peu tout pour accompagner du mieux que vous pouvez votre enfant dans ces étapes.

Je vous laisse donc avec touuuuuuutes les recherches/conseils que j’ai faites/eues.
J’espère que vous trouverai votre bonheur dans tout ça :).
Courage, courage, courage. Ça va aller! Promis, ça passera <3.

Dodo bienveillant - Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa Chä

Dodo bienveillant - Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa Chä

Aujourd’hui, on parle donc de dodo. De dodo bienveillant pour les bébés. De dodo sans pleurs.
Petite précision, ici pas de débat « laisser pleurer », « ne pas laisser pleurer ». Chacun fait comme il veut. Et surtout, comme il peut.
Cependant, ayant opté pour un « ne pas laisser pleurer », je vais parler ici, uniquement de cette approche.
Et je vous dis tout de suite pourquoi :

De tous les retours que j’ai à chaque fois que je parle de toutes ces nuits blanches avec bébé, je crois que UNE chose ressort vraiment : on est loin (très loin) d’être les seuls à batailler avec le sommeil!!
Nous sommes beaucoup plus que ce que l’on croit!
Le premier truc à se ôter de la tête, c’est donc : « ce n’est pas normal, on a un problème, pourquoi les autres y arrivent et pas nous ».

Dans notre société actuelle, il y a encore beaucoup de tabous. Entre autres, sur la femme, le corps féminin, la stérilité, les fausses-couches, l’accouchement, le post grossesse, les règles… On ne parle pas trop des choses qui ne vont pas. Comme un peu honteux, le sommeil d’un bébé en fait partit.
Tout simplement, parce que, si ça ne marche pas, on a l’impression de mal faire notre travail de parents, ou on a peur d’avoir des reproches sur notre façon de faire si notre bébé ne dort pas bien (le fameux « ne donne pas de mauvaises habitudes à ton enfant, je t’aurai prévenu »).

On a donc l’impression, qu’un bébé qui ne dort pas après quelques mois, ce n’est PAS Normal. Alors que si :). C’est tout à fait normal (sauf cas médical bien sûr).
Je m’explique.

Le sommeil est un apprentissage, tout comme la marche, la parole… chez l’enfant.
Comme on le sait tous, certains bouts de choux marchent à 10mois, d’autres à 2ans. Certains ont leur première dent à 5mois, d’autres à 2ans… Et c’est exactement pareil pour le sommeil. Certains dorment à 3mois et d’autres à 2ans.

Chacun son rythme, rien de plus logique. Et ce n’est pas à nous d’en décider! (On ne va quand même pas prendre une pince pour faire sortir les dents du bébé plus vite.. si? Et ben c’est pareil pour le dodo!!)

Je n’arrive plus à retrouver les pourcentages de bébé qui ne font pas encore leurs nuits avant 2ans, mais ça en rassurerait plus d’un (ou pas.. ^^).
C’est sûr qu’il y a une réelle pression sociale autour du dodo des bébés. Mais il ne faut pas céder.

C’est d’ailleurs LA question qui revient tout le temps quand on a un bébé dans les bras « alors, il fait ses nuits? ». Que ça soit, la famille, les voisins, ou l’inconnu à la boulangerie.
Clairement, tout le monde (partant d’un bon sentiment) voudra vous donner son conseil : « tu allaites encore? Haaa c’est ça le problème!!! ».« tu n’as jamais allaité? Haaa le voilà le problème! » « tu fais du cododo? Il est là le problème! » « tu ne fais pas de cododo? Ça vient de la le problème! ». Bref, on tourne en rond!!
Il est donc super important, d’être sûr de ses choix (et en accord dans son couple), de ses convictions d’éducations… Je vous invite donc vraiment à vous renseigner, à lire (je vous donne quelques références plus bas) pour ne pas trembleeeeer à chaque fois qu’on vous pose cette question 🙂 et surtout, de ne pas tout remettre en cause tous les 4 matins.

Mon amie Lowa a trouvé une bonne réponse (pour éviter le sujet) : « Oui, elle fait ses nuits, à elle ».
Et c’est un très beau résumé <3.

Je me souviens enfant, pendant un repas, entendre des adultes discuter sur le sommeil d’un petit : « c’est normal aussi, elle y va dès qu’il pleur ». « C’est fou de ne pas comprendre quelque chose de si simple. Pour qu’un enfant dorme, il faut le laisser pleurer. En plus c’est pour son bien-être». La discussion s’est clôturée en concluant que la Maman était « trop faible ».
Dans ma tête d’enfant, c’était donc comme ça qu’il fallait faire. Il n’y avait pas d’autre solution, comme 1+1= 2,  il fallait laisser pleurer bébé pour qu’il fasse ses nuits tout seul. Simple et logique apparemment.

Une fois maman, je me suis rapidement souvenu de ce souvenir, 20 ans plus tôt. Cette pensée m’avait donc marqué, comme si, je n’étais finalement pas très à l’aise avec.
C’est fou comme, sans s’en rendre compte on est conditionné par la société dans laquelle on vit. Même pour des valeurs qui nous sont chères.

Laisser pleurer bébé est une technique très répandue, car effectivement, ça marche et ça a été la « norme » pendant des années. Une révolution apportée par une pédiatre. Comment ne pas avoir confiance?

Sauf qu’aujourd’hui, il y a des recherches qui dénote cette technique en prouvant tout ce que cela engendre.
Certes, le bébé arrête de pleurer et dort tout seul, mais à quel prix?

Médecins, pharmaciens, mamans, amis, famille.. m’ont dit : « Maïa, sois courageuse, enferme toi loin de Lïlly pendant 3 nuits et laisse la pleurer, pour qu’elle comprenne ».
Mais qu’elle comprenne quoi? Que personne viendra si elle pleure? Qu’il faut qu’elle apprenne du haut de ses 6 mois / 1an / 2ans à se débrouiller toute seule? A se rassurer toute seule? Qu’elle comprenne que quand on est triste, qu’on a peur, personne ne vient nous rassurer? Que la vie c’est ça? Qu’il faut cacher ses sentiments?
De où c’est courageux de laisse pleurer son enfant?

Il mets impensable de laisser hurler ma fille juste parce que moi – adulte – je veux lui imposer MON rythme de sommeil, sans écouter le sien.
La vie ce n’est pas comme ça. (Attention cependant, je ne parle pas de courir à son chevet dès qu’elle cligne des yeux hein?)

Je vous invite d’ailleurs à lire ici quelques exemples des méfaits sur le long terme pour les bébés qu’on a laissé pleurer.

Grosso-modo, un enfant qui pleure, remplit son corps (et son cerveau) d’hormones de stress qui peuvent endommager à vie, le système nerveux.
Partant du principe, que personne ne viendra à son secours, certes il arrête de pleurer, mais pour se plonger dans une sorte de thanatose (comme un animal qui simule la mort lorsqu’il se sent menacé).
Les séquelles sur le long terme : plus de dépression, incapacité à gérer le stress, trouble du sommeil, anxiété, dépendances, plus de problème de santé (et oui.. la liste est longue et bien triste..).

Les bébés consolés rapidement, pleurent beaucoup moins souvent que les bébés qu’on laisse pleurer (prouvé aussi..). Car ils se sentent plus en sécurité. Logique!!

« Le meilleur conseil que l’on puisse donner aux parents est donc d’écouter leur instinct. Réagir aux cris et aux pleurs de son enfant est après tout un réflexe parfaitement naturel. Il est donc tout à fait logique que ce soit aussi le bon réflexe. »

J’ai beaucoup, beaucoup tapé sur internet « comment faire dormir bébé » « pourquoi les bébés ne dorment pas » « astuces pour faire dormir bébé »..
Et j’ai très, très vite arrêté. Ce que j’y ai trouvé été horrible. Et ce qui me fend encore plus le coeur, c’est qu’il y a des gens qui lisent ces forums et qui appliquent ces techniques barbares en pensant bien faire.

Un bébé ou un jeune enfant pleur toujours pour de bonnes raisons.
Certains pour avoir un câlin, pour manger, pour se réconforter.. mais d’autres parce qu’ils souffrent, qu’ils ont mal, qu’ils sont malades… Et je trouve ça fou de donner qu’une seule et unique solution :  « laisser pleurer » pour toutes ces différentes causes.

J’ai vu 3 pédiatres pour ma fille et son mal de ventre (notamment la nuit). Les 3 mon répondu « laisser pleurer votre enfant », il n’y a que ça qui fonctionne. Et, histoire de me culpabiliser un petit peu plus « ça vient de vous, une fois que vous serez prête, prête à laisser pleurer votre enfant la nuit, tout va s’arranger ». Alors que ma fille se tordait de douleur toute la nuit (et cela même dans mes bras).

Je suis vraiment très attristé de voir qu’on choisi la facilité, la rapidité, sans même se pencher sur le problème. Ou juste, sur le bien-être du petit. Ce n’est pas parce qu’il ne peu pas parler, s’expliquer, argumenter, qu’il ne faut pas prendre ses pleurs au sérieux. C’est sa façon à lui de s’exprimer. Qu’est ce qu’il en conclura si on ne l’écoute déjà pas dès tout petit?

Sans même parler des troubles sur la santé que ça peut laisser à vie, je suis de celles qui ne souhaite pas laisser pleurer son enfant.
Non pas par faiblesse (bien au contraire, car si on écoute les techniques du 5-10-15, en 3 nuits c’est réglé), mais justement par courage.
Car clairement, la bienveillance demande beaucoup plus de travail (sur soi également). Mais heureusement elle apporte tellement plus de satisfaction, d’amour et de calme dans la maison.

Un enfant apaisé, rassuré, qui sait que ces parents sont là, juste à côté, qu’ils viendront s’il les appelle, dormira forcement mieux. Qu’un enfant qui sait qu’il est tout seul, qu’il ne peut compter sur personne d’autre que lui et qui sait que, même s’il pleure, personne ne viendra l’aider. C’est prouvé!!!

Et en plus, ça permet de donner à bébé de bonne base pour commencer dans la vie. Avec une meilleure confiance en soi, de la sécurité, de la stabilité <3.

De mon côté, j’essaie toujours de me mettre à sa place (ma grand-mère disait toujours « ne fait pas aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse »). Je suis la première à dormir avec mon chat, à avoir peur quand il y a un bruit, à avoir des insomnies, à bouger dans tous les sens, à ne pas arriver à dormir et à m’énerver.. Je ne m’endors jamais à heure fixe. Il y a des jours ou je suis fatiguée très tôt, d’autre jour ou j’ai besoin de dormir plus tard. Des nuits ou j’ai besoin de câlin, d’autre ou je préfère être seule recroquevillée dans un coin du lit.

Soyons indulgents les uns les autres. Arrêtons de nous juger sur notre façon d’éduquer nos enfants (mais quelle pression!!!!). Laissons nous vivre et surtout aimons!!!

Bref, j’arrête tout mon bla bla et je passe enfin aux solutions ;).

Je vous donne pêle-mêle tous les conseils qu’on m’a glissé dans l’oreille pour un dodo bienveillant et sans larme.
Je n’ai pas testé/lu/approuvé/vérifié toutes ces infos. J’écris cet article, à la suite de vos nombreuses demandes, de partager les retours que j’avais eu sur ce sujet, ou mes recherches.
Cet article est là comme une bibliothèque, à vous de piocher les informations qui peuvent vous intéresser.
Et n’hésitez pas à l’enrichir, en laissant en commentaire, vos retours d’expérience, vos astuces, ou vos recherches.

Aidons-nous <3

Et voici donc les différents conseils qui en ressortent :

Dodo bienveillant - Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa Chä

Dodo bienveillant - Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa Chä

Il est important de créer une chambre réconfortante, agréable, douce pour le bout de chou.

Il faut passer du temps dedans (pas uniquement pour le dodo), jouer, rigoler, câliner, lire… avec lui. Que la chambre deviennent une pièce de vie agréable, pour le jour comme la nuit. Où il y a pleins de repères et souvenirs réconfortants.

Plusieurs personnes m’ont également parlé du champ énergétique de la maison ou magnétique. A ce moment là, il faut tester de changer la position du lit dans la chambre (mettre la tête au nord, au sud…). Ou voir si l’enfant dort mieux dans une autre pièce…

Les bruits blancs (bruits de pluie, aspirateur, vent, mer…) fonctionnent aussi très bien pour certains petits. Les berceuses également (une berceuse de 11h existe sur youtube « berceuse 2.0 »).

Re-hausser un peu le haut du lit, pour avoir la tête plus haute que les pieds (pour les problèmes de bidou).

On peut également trouver des « objets » pour réconforter : comme une veilleuse, un doudou, un lange, une tutu, un t-shirt de la maman (avec son odeur) qui en pleine nuit, lors d’un réveil sera rassurer le bébé (à la place de nos bras).

Dodo bienveillant - Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa Chä

Il est important de se mettre à la place de l’enfant. L’endormissement ne se prépare pas d’un claquement de doigts (sauf pour certains.. les chanceux!!).
Il faut donc montrer au petit bout, qu’il va être l’heure de faire dodo. Pour qu’il se prépare à l’idée, s’apaise et se rassure avec ce « rituel du dodo » identique tous les soirs.

De notre côté par exemple, nous faisons un soir sur deux le bain, on la met en pyjama, tout en lui expliquant que c’est l’heure d’aller faire dodo. On se prépare en parallèle, en lui disant que nous aussi on se prépare à dormir (brossage de dents, pyjama..). On file dans sa chambre lire quelques livres (pas de jeux), on fait un câlin, on prend doudou et on file faire le bibou du soir. On éteint tout et en remontant on dit bonne nuit aux animaux en leur disant « à demain matin » et on prend le biberon pour s’endormir. On la berce un peu dans les bras et on la dépose dans son lit. On continue le bercement et on quitte la chambre.
Tout ça en répétant 150 fois le mot « dodo », « bonne nuit » « à demain matin », « gros dodo »…
Montrer que dormir c’est vraiment trop bien!!!!

Il y a mille façons de créer un rituel du dodo. Donc à vous de vous créer le votre : doux, rassurant, reposant et remplit d’amour et de tendresse.

Dodo bienveillant - Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa Chä

Apaiser bébé, lui parler, répéter, câliner
Comme on passe beaucoup de temps à l’entendre : les bébés sont des éponges à émotions. Donc plus, on s’énerve, on craque, on cri.. plus notre bout de chou panique, pleure, stress..
C’est donc super important, de parler, rassurer, câliner d’une voix toute douce (en plus, double fonction, ça nous apaise aussi!!). Et surtout de répéter, encore et encore, les choses.

« C’est l’heure de faire un gros dodo, pour reprendre des forces après cette journée.. parce qu’on a beaucoup joué aujourd’hui « raconter une anecdote ». Ça va faire du bien ce gros dodo. » « Il fait encore nuit, il faut faire dodo, tout le monde fait dodo, regarde doudou fait dodo également »« on est juste à côté, on te surveille, tu peux dormir à point fermé, on est là avec toi » « je pose doudou ici, comme ça, si tu te réveil, il est la, il te protégé, tu peux le prendre dans tes bras et le serrer fort, fort, fort pour te rendormir »… » au réveil, demain matin on se ferra un gros gros câlin, parce qu’on aura tous très bien dormir.. »

Il est également conseiller de parler de tout à l’enfant.
S’il y a eu de gros chamboulement pendant la grossesse, si l’accouchement a été compliqué, s’il y a eu des conflits dans la journée…

Mettre les choses à plats et terminer par « mais ce n’est pas de ta faute, ce sont des choses qui arrivent, qu’on va régler de notre côté et tout va bien aller ».

Dodo bienveillant - Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa Chä

Là aussi il y a plusieurs écoles sur l’objet de transition.

De notre côté Lïlly n’a ni tutu, ni doudou (ce n’est pas un choix , c’est elle qui n’en voulait pas). Si c’était a refaire, je crois que j’insisterai un peu plus sur ces deux éléments au tout début. En effet, aujourd’hui c’est moi son doudou, sa tutu. Et ce n’est pas bien d’avoir uniquement un élément rassurant/réconfortant.

Petit à petit, on arrive à rentrer doudou dans le rituel du dodo et ça aide vraiment (vraiment) beaucoup!!! Et certains jours une tutu qui réconforte pas mal et qui fait du bien aux dents.

Dodo bienveillant - Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa Chä

Chacun son rythme, le sommeil est un apprentissage. Comme pour tout, dents, marche, 4 pattes, chacun son rythme et chacun ses priorités.
Nous Lïlly a sorti très vite toutes ses dents, a marché très tôt.. En contre parti elle n’a pas encore trouvé son rythme de dodo :).
Le sommeil ça s’apprend.. patience!!! (même si je sais que c’est facile à dire).

Dodo bienveillant - Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa Chä

Car il n’y a pas de honte à se faire aider (surtouuuuut dans ce domaine là). Certaines choses fonctionnent beaucoup mieux quand c’est une personne extérieure qui en parle ou les explique à l’enfant. Et qu’avec touuuus les avis que j’ai lu, ces techniques ont l’air merveilleuses.
Problème réglé en quelques jours seulement, juste avec un « protocole » à suivre bienveillant (et donc sans pleurs!!!).

Ça ne sert donc à rien d’attendre l’épuisement pour essayer tout ça (faites pas comme nous quoi 😉 ).

Ce qui me rend un peu triste cependant, c’est de me rendre compte que « le sommeil de bébé » est un réel business (tous les spécialistes sont bookés, il faut des mois d’attentes.. c’est là qu’on se rend compte qu’on est loinnnnnnn d’être les seuls).
Les consultations sont chères, il faut souvent en essayer plusieurs pour trouver la bonne personne.
Et je trouve tellement dommage que les pédiatres ne s’y intéressent pas (ou trop peu), pour donner au moins la base (au lieu de répéter à tue-tête qu’il suffit de laisser pleurer son enfant pour avoir la solution).

Bref, je vous communique donc toutes les sortes de médecines qui peuvent fonctionner pour des si petits :

– Osthéo
– Pédopsychatre
– Kinésiologue (mémoires transgénérationnelles)
– Micro Kiné
– Réflexologie plantaire

Dodo bienveillant - Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa Chä

Et enfin, tous les contacts/ références pêle-mêle qu’on m’a donné (consultations par téléphone ou skype également possible!! Donc pas de problème sur la localisation).
Je le re-dis, je n’ai pas testé, validé, vérifié toutes ces données. Comme vous me l’avez demandé, je vous partage les adresses qu’on m’a recommandé suite à nos problèmes de sommeil. A vous de fouiller donc :).

Pour les livres :
Les Secrets d’une charmeuse de bébés / Tracy Hogg
Un sommeil paisible et sans pleurs / Elizabeth Pantley
Le sommeil, le rêve et l’enfant / Marie Thirion
Dormir sans larme / Rosa Jové
Au dodo les petits / Anna Walghren (attention cependant, de ce que j’ai cru comprendre le protocole est un peu rude… je ne suis pas sûr que tout soit à garder – cependant, je répète, je n’ai pas lu le livre!!-).

Pour les fées du sommeil :
> Kidz et family
> Fanny la clé des songes
> Audrey Happy Mum And Baby
> Kelly Bébé et Confidences
> Juliette fée de beaux rêves
> Caroline Decré (Nantes)
> Aude Becquard (on me l’a de nombreuse fois recommandé, mais pour moi, elle ne pratique pas une manière suffisamment douce. J’avais lu de très bons arguments par ici)
> Docteur Challamel (Lyon)
> Psychologue Lyliane Nemet-Pier
> Réseau Morphée
> Kinésiologue à Anglet : Maéva Lehoux ou Lucile Pages

Pour celles qui en parlent aussi :
>Une fille végétal : les nuits de Solal
> Happynaiss : ces choses que j’aurais aimé savoir sur le sommeils des bébés
> Une vie à elle : Dormir sans larme

Dodo bienveillant - Dodo sans pleurs - Conseils enfant - Maïa Chä

Voilà :).
Renseignez-vous, faites vous aider par des spécialistes, protégez et enveloppez votre enfant de tout ces discours néfastes sur l’éducation par l’autorité et la solitude du bébé.
Tous ces tracas font trembler beaucoup de chose dans notre vie, alors soyez fort, fort dans votre tête, dans vos convictions, dans votre couple.
Ça va aller!!
Bonne lecture à tous, bon courage à tous <3
Plein d’amour sur vous et n’oubliez pas, ça va s’arranger!! En 3 jours ou en 10 mois (ou plus.. oups!), un jour ou l’autre, ça va s’arranger :).